Mars et Vénus: et si c’était vrai ?

par | 19 juin 2017 | 0 commentaires

Pourquoi revenir sur ce lieu commun: les hommes et les femmes ne viennent pas de la même planète ? N’avait-on pas déjà assez à faire avec les valises? Parce que c’est décidément avéré : aucune réciprocité entre les deux sexes n’est possible à moins qu’elle ne passe d’abord par la prise de conscience que l’homme et la femme ne partagent pas la même culture amoureuse. D’ailleurs le dieu Mars est un dieu masculin guerrier et la déesse Vénus une figure féminine et sensuelle et entre les deux cela n’a pas toujours été simple.

Qu’entends-je par « culture amoureuse » ? J’entends croyances innées. Par exemple, quel est l’individu qui, en prenant son conjoint dans les bras, n’irait pas le câliner comme il aimerait l’être lui-même ? Faire à son partenaire ce qu’on aimerait qu’il nous fasse est bien naturel mais c’est ignorer la différence fondamentale qui existe entre les deux sexes. Rare est l’homme qui saura d’instinct qu’une femme aime être caressée d’abord au niveau de sa tête, de son visage, de ses épaules, entourée d’affection et de protection. De la même manière, la femme qui fera à son homme les gestes désirés par lui aura dû l’apprendre au préalable.

Y a-t-il une étape dans la vie de l’adolescent où cet apprentissage se fait ? Où une mère explique à sa fille ce que sentent les hommes et où un père explique à son fils ce que ressentent les femmes ? Le discours sera le plus souvent un copier-coller plaintif du style « tu sais, tous les hommes sont comme ça », ou « tu sais avec les femmes… » parce qu’en fait ils ne le savent pas. Dans certaines sociétés, ces apprentissages subtils étaient dévolus à des rituels sociaux, mais nous ne les avons plus. L’éducation sentimentale est plutôt prise en charge par la bande d’amis, et pour les hommes, hélas, les amis du même âge transmettent… ce qu’ils ont vu dans les films pornographiques.

Autre lieu-commun : l’homme et la femme ne communiquent pas de la même manière. « Il ne me dit rien, il se tait, je sens bien que ça ne va pas mais je ne peux rien en tirer, et moi j’en ai marre, cela me coupe mon élan … » se plaint la femme et voilà le couple parti pour quelques jours de blocage. L’homme dira « je sais bien, mais qu’est-ce que vous voulez que je dise, il n’y a rien à dire, ça ira mieux plus tard, j’ai des ennuis et je ne veux pas les lui imposer ». Il entend « imposer » alors que la femme entend « partager« .

OUI : pour une femme, partager sa relation avec son homme implique qu’elle exprime ses sentiments et ses émotions, à l’inverse, l’homme préfère se taire et se retirer dans la solitude pour se « recharger ». On pourrait inventer pour lui le néologisme se « tairer ».
MAIS l’un comme l’autre sont parfaitement démunis face aux réactions du conjoint alors qu’elles sont innées. Ils les vivent comme une agression.

Voici quelques spécificités propres à chaque genre, et notre couple qui s’était engagé dans la relation avec ses valises va devoir maintenant s’échanger ses clés… Métaphore du savoir qui permet de relativiser et de faire un pas l’un vers l’autre dans la compréhension de son fonctionnement.

Shares
Share This