blog17

Ce contrat concerne les trois piliers de la thérapie à partir duquel apparaît un cadre d’où peut émerger un sens, à savoir :

  1. Le lieu
  2. Le temps
  3. L’argent
  1. Le lieu, le cabinet du psychanalyste, est comme le berceau dans lequel le patient va  grandir. Il n’est pas rare qu’une personne remarque des mois, voire des années plus tard un objet qu’il avait sous les yeux depuis toujours. « Ah ! C’est nouveau ce tableau ? » entend-on souvent à propos d’une œuvre qui a toujours été là.
  2. Le temps regroupe :
  • l’heure du rendez-vous,
  • la durée de séance,
  • le rythme des séances.

Ils sont fixés au début de la cure et doivent être respectés.

L’heure du rendez-vous est l’heure du début et de la fin de la séance Ces règles permettent d’interpréter les comportements par rapport au temps au sens psychologique. Tout retard de la part du patient n’est pas rattrapable, tout retard de la part du psychothérapeute doit être rattrapé par lui.

La durée de la séance : Le temps de séance est la durée de la séance, prévue dans le contrat. Elle peut varier selon les besoins de la méthode utilisée.

Le rythme des séances : L’avancement de la psychothérapie est lié à la fréquence des rendez-vous. Ne pas respecter la régularité des séances nuit aux progrès. Il est décidé dès le début en accord avec le patient et peut être réajusté en fonction de l’avancement de la cure.

3) L’argent représente la valeur que l’on se donne et que l’on donne au travail entrepris. Entreprendre une psychothérapie n’est pas un acte consumériste. C’est prendre soin de soi, se mettre à son écoute, se respecter. Refuser de mettre le prix dans ses séances revient à se solder. Aucun travail de valeur de ne peut être fait si l’on n’apporte pas déjà sa propre valeur en séance. Un rendez-vous pris est dû dans les conditions fixées par le psychothérapeute au début de la cure. Le professionnel est là qui a investi temps, espace, savoir et expérience pour être à votre écoute dans les meilleures conditions.

Ainsi fonctionne le cadre thérapeutique pour qu’un travail efficace se fasse. Ces règles permettent de rendre conscientes les causes d’un symptôme. « Tout ce qui ne parvient pas à la conscience nous revient sous forme de destin » dit Carl Gustav Jung.

Shares
Share This