L’affection est indispensable à l’humain, comme à l’animal. Chez l’enfant, les carences affectives peuvent conduire au refus d’aliment, à l’apathie, et les performances intellectuelles se dégradent plus ou moins rapidement.

Des effets sur la résistance de l’organisme se font aussi sentir.

Des symptômes comme l’énurésie et le balancement sont souvent caractéristiques d’un manque affectif.

Chez les adolescents, ces carences peuvent amener à des conduites asociales, vols par exemple). Chez l’adulte, des activités de compensations altruisme, collections…) peuvent être mises en place pour combler un vide affectif.

Souvent causées par des difficultés psychologiques, névroses, timidité, les carences affectives peuvent parfois induire un état dépressif grave pouvant amener le sujet au suicide.