Les symptômes de la dépression peuvent aller du cafard, de la tristesse, du découragement, du pessimisme, de la dévalorisation de soi, de la fatigue matinale, jusqu’au désespoir intense de la mélancolie, de ses inhibitions, de sa culpabilité, de son manque de confiance, de son asthénie en passant par une symptomatologie somatique (dépression masquée) présentant des signes dans la sphère digestive, cardio-respiratoire et des douleurs diffuses.

Dans tous les cas une consultation auprès d’un médecin ou d’un psychiatre est nécessaire pour un diagnostic différentiel entre une simple dépression relative aux deuils qu’impose la vie, à un surmenage, aux suites d’une maladie, d’une opération ou d’un accident et une dépression plus grave de type psychogène ou endogène. L’aspect héréditaire semble prouvé pour les dépressions endogènes. L’importance de la période périnatale jusqu’à 9-12 mois est mise en lumière par les psychologues dans le cadre des dépressions profondes non endogènes. La phase orale( sein, biberon) est principalement la matrice de toutes les formes d’attachements et la disponibilité et l’amour de la mère durant cette période de la vie sont déterminants. On ne saurait trop recommander à la mère de ne jamais quitter l’enfant plusieurs jours tant qu’il n’a pas acquis sa propre autonomie (et même plus tard …)