Santé mentale: de la même façon que l’on parle de santé « physique », on parle de santé « mentale » lorsqu’il s’agit de la sphère émotionnelle et des comportements. La « santé » mentale se définit comme un état d’équilibre et de bien-être ressenti par l’individu. L’être humain étant un être fondamentalement émotionnel et fragile du fait de sa néoténie son inachèvement à sa naissance fait de lui un être intrinsèquement prématuré, dépendant de la relation à l’autre par comparaison aux autres mammifères.

Son développement psycho-affectif et cognitif dépend de la qualité de sa relation à sa mère (ou son substitut). Cette exposition aux traumatismes précoces le fait comparer par Freud à un « cristal minéral » qui, soumis à de fortes épreuves intérieures ou extérieures, se briserait selon une ligne de force préétablie dans le jeune âge. On parle à ce moment de décompensation. Les critères de normalité n’ont rien à voir avec les critères de conformité. Il est préférable d’évoquer des critères de souffrance ressenti soit par l’individu soit par son entourage en réaction à son comportement.